Pour un « destin commun »

De l’autre côté du monde, et/mais aussi en France ?

Après un atterrissage nocturne et 30 heures de voyages depuis Marseille, les premiers pas en Nouvelle Calédonie sont toujours étonnants par la familiarité de l’environnement et en même temps déroutant par le fait d’être « de l’autre côté de la terre », au sein d’une « mer d’îles » comme le décrit Epeli Hau’ Ofa. Invitation à regarder le monde depuis un autre point de vue, une autre culture. Nous animons depuis 2 ans avec l’Observatoire des Politiques Culturelles une formation-action sur la coopération culturelle pour les services culture des trois provinces du Caillou – les provinces Nord, Sud et des îles. Nous participons, rencontres après rencontres, à partir d’un partage théorique et méthodologique, à les accompagner à la construction de ce qu’ils et elles appellent un « destin commun ». C’est à dire, participer à faire émerger des projets culturels à l’échelle du pays et favoriser ainsi à ce que Jean Marie Tjibaou annonçait dans les années 70 et 80 : « l’identité culturelle [soit] toujours devant soi ».

Découverte d’un pays dans le pays en capacité aujourd’hui d’une véritable innovation politique entre coutumes et modernité. Où comment construire une société composite, plurielle, diverse, en mouvement, « océanique » ! A partir d’un « pouvoir d’agir », et non seulement d’une organisation du pouvoir ? A partir d’une facilitation culturelle.