Qui sommes-nous ?

Notre travail

 

Nous avons créé l’office à trois, Emmanuel, Perrine et Pauline, pour chercher, expérimenter et apprendre à travailler autrement. « Faire les choses pour apprendre à les faire », voilà ce qu’on aime sous-titrer à l’office.
Entre 2012 et 2016, nous avons mis en commun nos regards, nos savoirs, nos cheminements, et nous nous sommes petit à petit organisés, outillés et positionnés pour apprendre à coopérer. Pourtant, force est de constater qu’il est toujours aussi difficile de se présenter de manière synthétique !
Nos métiers reposant principalement sur une forme de bienveillance et de joie de faire des choses ensemble communicative, nous ne saurons faire mieux que de vous raconter, témoigner, et partager nos histoires, avec leurs jargons, et leur lot d’interrogations…
Voici tout de même notre dernière tentative de “topo” officiel :

 

l’office est une structure qui accompagne les transitions culturelles, sociales, éducatives et économiques, d’une société “en régime numérique” vers une société “des communs”.
Chaque projet est mené de manière collective (avec des collectivités, structures associatives et/ou indépendantes, usagers et habitants) pour expérimenter à l’échelle locale ou plus globale.
Logiciels libres, opendata, creative commons, et autres wiki, proposent des usages alternatifs aux systèmes propriétaires dominants qui ouvrent de nouvelles perspectives sur nos pratiques quotidiennes. À l’office nous tentons d’inventer et produire des moyens de porter ces valeurs de coopération au delà du numérique : dans les espaces et les services publics, mais aussi à travers de nouveaux outils d’éducation populaire, et de méthodes de travail dites « agiles », c’est-à-dire, une organisation par projet s’ajustant au fur et à mesure des expérimentations.

 

 

L’équipe

 

Emmanuel Vergès
Ingénieur (informaticien) pour sa mère, « un truc numérique culturel un peu compliqué » pour les autres, “docteur en internet” (info/com) pour ses enfants. J’ai oeuvré à ZINC à la Friche Belle de Mai et dans le champ des cultures et des arts numériques pendant 15 ans.
Je cherche des TAZ pour favoriser des “dynamiques de coopération au sein d’écosystèmes”, pense que la culture est « dans les nuages », pratique les médiathèques comme des intermédiaires culturels incontournables depuis 4000 ans. J’ai œuvré dans l’éducation populaire, écris des programmes informatiques ou des essais, fait une radio pirate, et suis un fervent adepte du DIY. Dans mon enfance j’ai rêvé de devenir géomètre ou réalisateur de film et dans une autre vie je serai apiculteur ou hacker.

> ZINC
> La pensée de Midi

 

Perrine Boissier, jusqu’en 2017.

Depuis les chemins buissonniers des arts appliqués, j’ai pris les autoroutes des agences d’éco-design, puis les impasses de la médiation culturelle et de la rénovation urbaine, je me suis arrêtée dans un chantier tout neuf de “tiers lieux opensource”, pour enfin prendre la direction de l’éducation populaire, où je trace ma propre route. Je vis cette aventure avec le titre de « créateur concepteur » et défend l’idée d’un design participatif d’efficacité sociale et politique. Engagée par ailleurs dans des démarches alternatives, je jardine/dessine/cuisine… des petites formes poétiques et co-construites, pour provoquer des rencontres, des échanges de pratiques et de savoirs, de pairs à pairs.

> Le MacGuffin.lab
> La veilleuse
> Le Syndicat d’Initiatives Citoyennes

 

Pauline Guignes, jusqu’en 2017.

Diplômée de Sciences po Toulouse en sociologie et expertise culturelle j’en conserve, entre autre, une découverte des humanités numériques via une recherche sur les transformations actuelles du livre et des pratiques de lecture. J’aime réfléchir et agir pour les transitions, le décloisonnement, les circuits courts. J’aime aussi la couture, le DIY, les beaux objets, la musique. A l’office, j’écris, coordonne, produis, communique.
> Recherche sur la librairie indépendante en régime numérique

 

Ont contribué quelques temps à l’office :

 

Claudia Courtial

Arrivée à l’office fin 2015 à l’occasion d’un stage de fin d’études (en sciences politiques à Grenoble, autour des politiques culturelles), Claudia coordonne l’édition 2015-16 d’iMédiaCinéma et continue l’aventure avec l’office en remplaçant Pauline pendant son congé maternité. Elle contribue à l’office au regard des droits culturels qu’elle porte au cœur de nos préoccupations. Entre deux rencontres de la Nacre à Lyon, elle produit aussi des événements culturels insolites autour de la musique avec son association Sidi&Co.

> Mémoire Droits Culturels et numérique

> Hamam disco

 

Manon Labussière

Fraîchement diplômée de l’InsituLab (DSAA design social à Strasbourg), Manon rejoint l’office en service civique en septembre 2016. Après ses expériences dans le design humanitaire, elle soutient un diplôme sur l’éducation au cinéma, puis s’implique à l’office dans la médiation de “Détours” et dans le projet &Co (pour des mallettes pédagogiques de l’Information Jeunesse). Mais Manon cultive aussi le goût du voyage, et c’est pourquoi elle est partie en mars 2017 “Molo Safar” : une virée d’un an à vélo, destination La Mongolie.

> Molo Safar

 

Nos complices

 

Merci à l’Atelier Formes Vives  qui a dessiné les formes et les couleurs que nous voulions donner à l’office et à Julien Rodriguez pour la réalisation de ces pages web !

 

Avec La Turbine à Graines, nous avons fait nos premiers pas “officiellement” dans l’éducation populaire, et continuons de croiser nos expériences et perspectives à travers l’école flottante, comme la colo “l’îlot- pirate” ou l’atelier-formation “l’intelligence dans les périphéries”

 

Benoît Labourdette, est un vieux compagnon de route. Nous avons porté avec lui une grande partie de notre travail sur l’éducation à l’image, et particulièrement pour iMédiaCinéma.

 

 

 

L’office comme…

 

Back office : Parce que son fondateur est ingénieur informaticien de formation, c’est l’arrière cour, l’atelier ou le garage, dans lequel on bricole, on teste, on imagine de nouvelles configurations …

 

Office du tourisme : Le notre ressemblerait à un petit syndicat d’initiative communal ou un de cabinet de curiosités. C’est un lieu où on vient récupérer les bons plans locaux comme chercher à explorer de nouveaux territoires, où partir en escapade.

 

Remplir son office : Simplement faire son travail de manière humble et bienveillante. C’est écouter, proposer, et faire avec pour se mettre au service de … travailler autrement.

 

Couteau d’office : Soit, le bon outil de la cuisine! Avec lequel on transforme, on donne des forme, on associe, tous les produits du bon accueil …